Le Louvre médiéval: la salle Saint-Louis (3)

Troisième et dernière étape de notre parcours du Louvre médiéval qui nous mène dans les structures de la forteresse érigée par Philippe Auguste et dans les réaménagements suivants jusqu'à l'époque de Louis IX. Le texte complet de Daniel Soulié, avec un audioguide, peut être téléchargé pour des iPhone/iPad ou Android.

On ne sait que peu de choses des aménagements intérieurs de l’ancien Louvre: aucune image n’en est conservée et les rares textes qui y font allusion sont souvent vagues et toujours peu fiables. Le premier Louvre de Philippe Auguste est une simple forteresse qui n’a jamais été dotée des espaces de représentation nécessaires au bon fonctionnement d’une résidence royale. Le roi disposait peut-être de quelques pièces habitables pouvant servir derefuge en cas de danger, mais rien ne permet d’en cerner les caractéristiques.

La Grosse Tour du Louvre (2)


Une autre étape dans notre parcours des souterains du Louvre. Le guide complet du Palais du Louvre pour iPhone/iPad peut être téléchargé de l'AppStore ici.

Comme tout château important, le Louvre disposait d’un donjon, une tour circulaire haute de plus de 30 mètres placée au centre du complexe, dans une vaste cour. Érigée sous Philippe Auguste, elle est entièrement construite en pierre et repose sur un socle puissant ceinturé d’un fossé; c’est ce socle qui reste aujourd’hui visible, toutes les parties construites au-dessus ayant disparu au cours de la première moitié du XVIe siècle.

Dans les fossés du Louvre médiéval (I)




Depuis la fin du XIIe siècle, le Louvre joue un rôle de premier ordre, dans l’histoire de Paris comme dans l’histoire du pays. Peu d’édifices en France peuvent rivaliser avec lui : les palais plus anciens ont tous disparu ou n’ont laissé que peu de traces, Versailles n’a été résidence royale que pendant un peu plus d’un siècle, Chinon, Blois, Chambord, Fontainebleau ou Vincennes encore moins longtemps. Seul le Louvre peut se targuer d’avoir été pendant plus de 800 ans associé au cœur du pouvoir, un point où convergent les regards de toute une nation. Dans un état centralisé- et la France l’a presque toujours été- la somptuosité des architectures et le faste des décors intérieurs participent à l’image que le Prince, quel que soit son titre, souhaite imposer de lui.

Le bureau de Balzac à Passy


Blue Lion Guides va bientôt publier (enfin!) le guide sur Balzac à Paris. Au XIX siècle Honoré de Balzac ainsi que d'autres écrivains français bien connus, ont décrit la ville de Paris dans tous les détails et facettes. Dans ses romans de la Comédie humaine Balzac se pose comme  observateur attentif et précis de la vie dans la capitale entre la fin de l'empire et la Restauration. Vers la fin de sa vie il s'exilie à Passy pour fuir le fisc et les créditeurs. Célèbre est son bureau avec son écritoire (p;rovénant de la dernière résidence dans l'actuelle Rue Balzac), sa chaise et sa cafetière. Voici un extrait du prochain guide, écrit par Jean-Christophe Sarrot, sur ce sujet.

Éloigné de la porte d'entrée, et donc des importuns, le bureau de l'écrivain était décoré de velours rouge, de livres et d'objets de mobilier qu'il entassait avec son goût insatiable pour les antiquités. Une fenêtre donne sur le jardin, l'autre sur l'ancien château de la princesse de Lamballe dans lequel Balzac espérait un moment finir sa vie avec Mme Hanska. Mais les docteurs Esprit et Émile Blanche y installeront en 1846 leur maison de santé qui accueillera, entre autres malades de l'âme, Nerval et Maupassant. C'est aujourd'hui l'ambassade de Turquie, que l'on a du mal à apercevoir tant elle est protégée.

La Révolution dans le quartier Saint-Germain-des-Près : le club des Cordeliers.

Pierre-Antoine de Machy, "Démolition de l'église des Cordeliers", Paris, Bibliothèque Nationale de France, 1795.

Blue Lion vous propose un nouveau guide de prochaine parution dédié à la Révolution Française et à la période de la Terreur. L'itinéraire historique se déroule dans le quartier de Saint-Germain-des-Près, de Saint-André-des-Arts à Saint-Sulpice, en passant par le Panthéon. 
Parcourez les vestiges des lieux où se sont écrites des pages mythiques de notre histoire, le Procope, le club des Cordeliers, le club des Jacobins... 
Saisissez le caractère de personnages célèbres tels Marat, Danton, Robespierre, Charlotte Corday, Olympe de Gouges. 
Laissez-vous intriguer par les luttes entre Girondins et Montagnards.
Découvrez les pages des journaux révolutionnaires, l'Ami du Peuple et le Père Duchesne.
Tremblez à la légère fraîcheur de la guillotine qui tua la Reine et les Révolutionnaires. 
Imaginez les chantiers du Panthéon et de l'Odéon, la transformation des couvents en clubs politiques et la destruction de l'Abbaye Saint-Germain.


"Dernière séance du Club des Cordeliers ", estampe, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 1791.
Le guide est disponible pour iPhone/iPad et peut être téléchargé du AppStore de Apple en suivant ce lien. Voici un extrait de l'auteur, Gilles Popineau d'Arthon : 

C'est dans ce couvent des Cordeliers que se réunirent les membres du club qui prit son nom. Les clubs, les salons, les cafés, les sociétés savantes vont fleurir dans le terreau fertile des Lumières, c'est là où l'opposition au système politique, économique et social va pouvoir s'exprimer. Plusieurs clubs, sorte de préfiguration de nos partis politiques,  vont devenir les centres névralgiques de la Révolution. Le paradoxe est que ces clubs anticléricaux seront connus sous des noms religieux puisqu'ils prendront le nom des lieux où ils se réunissent, souvent les couvents confisqués par le pouvoir révolutionnaire : ici ce sera le club des Cordeliers comme il y aura celui des Jacobins et des Feuillants. Pénétrez dans les bâtiments neufs à droite et asseyez-vous dans le cloître: vous retrouverez le plan monastique et un peu l'atmosphère de la quiétude conventuelle ; l'axe de la branche nord du cloître en entrant, vous donne le tracé de l'ancienne église.
A la Révolution le couvent fut supprimé et la Société des Amis des droits de l'homme et du citoyen, club révolutionnaire fondé à Paris en mai 1790, s'y installa. Il sera retenu dans l'histoire sous le nom de Club des Cordeliers, ses membres seront les cerveaux de la Terreur. Avec le club des Jacobins, qui s'étaient rapprochés de leurs thèses, ils furent sous la Convention l'âme de la Montagne (gauche parisienne et centralisatrice) et exercèrent une véritable dictature sur les organes du pouvoir.
Après la chute des Girondins, le club des Cordeliers se radicalisa d'avantage sous l'impulsion de Marat et représenta de plus en plus les sectionnaires, les sans-culottes. On les désigna comme la faction des Enragés : ils furent éliminés en mars/avril 1794 et le club des Cordeliers fut fermé, ce qu'il  en restait fusionna avec les Jacobins. Danton et ses amis furent éliminés un mois plus tard.

Castel Sant'Angelo - la stufetta di Clemente VII

Blue Lion pubblicherà prossimamente una guida dedicata a Castel Sant'Angelo. Eccone un passaggio dedicato  alla "stufetta" ovvero il bagno di Clemente VII. L'ambiente, un piccolo gioiello rinascimentale,  faceva parte delle sale realizzate sotto Giulio de' Medici  (1478-1534) assurto al trono ponitificale con il nome di Clemente VII e che ha regnato dal 1523 al 1534. Ne fece ampio uso durante l'assedio che subì all'epoca del Sacco di Roma ad opera delle truppe di Carlo V, quando il Papa si rifugiò nel castello per diversi mesi. Il testo è di Claudia Viggiani.

La costruzione del lussuoso ambiente – che comprendeva la piccola sala da bagno, un ambiente sottostante destinato al riscaldamento dell’acqua e un ambiente superiore usato come spogliatoio - fu ordinata da papa Clemente VII nel Cinquecento, in concomitanza con la realizzazione dei vicini appartamenti papali.
Il bagno, detto Stufa o Stufetta, era posto al di fuori all’appartamento perché necessitava di un forno in grado di produrre aria calda ad altissima temperatura.
Pertanto il piccolo ambiente fu ricavato all’interno di un corpo di fabbrica “isolato” tra i due cortili di Leone X e Alessandro VI. Era raggiungibile sia dallo stretto corridoio, originariamente in comunicazione diretta con la seconda sala dell’Appartamento di Clemente VII, sia dalla Sala di Perseo posta al piano superiore dell’appartamento farnesiano – del quale parleremo tra poco.

Victor Hugo aux Feuillantines

Début 2014 Blue Lion publiera un  nouveau guide dédié entièrement à Victor Hugo et Paris, un binôme indissoluble comme peu. Voici un aperçu du guide dont l'auteur, Patrick Maunand, organise des visites sur le thème: les détails sur ces visites se trouvent à la fin du texte.

Les vertes Feuillantines ont bercé l’enfance de Victor Hugo. Dans les restes de ce vieux couvent, il a joué avec ses deux frères : Je me revois enfant, écolier rieur et frais, jouant, courant, riant avec mes frères dans la grande allée verte de ce jardin où ont coulé mes premières années, ancien enclos de religieuses que domine de sa tête de plomb, le sombre dôme du Val-de-Grâce (Le Dernier jour d’un condamné). Et lorsque son frère Eugène (le plus proche en âge avec lui) meurt, brisé par la folie qui le tenaille depuis des années, Hugo prend la plume et se souvient des Feuillantines :

  […] Tu dois te souvenir des vertes Feuillantines,
Et de la grande allée où nos voix enfantines,
Nos purs gazouillements,
Ont laissé dans les coins des murs, dans les fontaines,
Dans le nid des oiseaux et dans le creux des chênes,
Tant d’échos si charmants! […]
                      (Les Voix intérieures, Renduel, 1837)

Paris ésotérique: la Tour Saint Jacques



Blue Lion Guides va bientôt publier un nouveau guide dédié au Paris ésotérique par Bruno et Frank La Brasca. Voici un extrait sur la Tour Saint Jacques.

Nous voici à présent au départ de la route empruntée par les pèlerins qui se rendaient à Compostelle évoqués par cet autre grand écrivain en vogue qu'est Paulo Coelho, auteur du Pèlerin de Saint Jacques et de L'Alchimiste.
L'église de Saint-Jacques-la-Boucherie avant la démolition,
Jean-François Garneray (1755-1837), 1784.