Une excursion en Sardaigne: le Musée des masques de Mamoiada


Le musée des masques de la Méditerranée est une petite mais très vivante initiative lancée par trois jeunes entrepreneurs culturels dans la ville de Mamoiada, ville qui doit sa renommée à son carnaval de masques traditionnels. Le carnaval commence tous les ans les 16 et 17 janvier à l'occasion de la fête de Saint-Antoine-Abbé.
Dans le cadre de sa collaboration avec des petites institutions muséales, Blue Lion a réalisé un guide + audio pour iPhone/iPad du musée qui est disponible gratuitement sur le AppStore. Voici l'introduction générale du guide. 

https://itunes.apple.com/fr/app/italie-le-musee-des-masques/id1063226310?ls=1&mt=8Le Musée des Masques Méditerranéens est né avec l'intention de constituer un lieu de rencontre entre l'univers culturel de Mamoiada, un village au cœur de la Sardaigne, dont les masques traditionnels - les Mamuthones et les Issohadores - sont connus dans le monde entier, et les régions méditerranéennes qui révèlent une étroite communion historique et culturelle à travers leurs représentations et leurs masques de carnaval.

Exposition: Florence - Portraits à la cour des Médicis (jusqu'àu 25 janvier)

L'exposition du musée Jacquemart-André  parcours l'histoire des portraits à la cours des Médicis entre le XVe et XVIe siècle. Elle présente des œuvres, entre autres, de Andrea del Sarto, Pontormo, Bronzino et de Francesco Salviati. L'intérêt de l'exposition est tout aussi historique, car il permet de parcourir à travers les portraits de ses protagonistes, une période trouble de l'histoire florentine. Au Musée Jaquemart-André  jusqu'au 25 janvier).

Le Savonarole
Florence, berceau de l’Humanisme et de Renaissance italienne, a connu entre la fin du XVe siècle et la première moitié du XVIe une période très travaillée de son histoire. Les premiers signes de la crise se manifestèrent avec la conjure des Pazzi en 1479, dans laquelle succomba Julien des Médicis alors que son frère, Laurent le Magnifique, seigneur de Florence, y échappa de justesse. Après la mort de celui-ci en 1492, son successeur, Pierre II des Médicis, trop faible pour faire face au menaces internes (prédications du moine dominicain Savonarole) et externes (Charles VIII, roi de France), est renversé par un soulèvement populaire en 1494. Un gouvernement théocratique anti-romain, dirigé par le Savonarole, s'installe dans la ville des Médicis alors que Charles VIII envahit l'Italie. La République florentine dura peu de temps: excommunié, Savonarole fut renversé et exécuté en 1498 par les partisans des Médicis.

Versailles - la cour des senteurs




Blue Lion sort de la ville-lumière! Notre escapade nous mène à Versailles, ancien centre du pouvoir royal, aujourd'hui réduit à musée historique et haut-lieu touristique de la France. Nous évitons, pour le moment, le château et nous plongeons dans le vieux centre de la ville, accompagnés par notre hôtesse-auteur Amandine Robert. Le guide « Saveurs et senteurs à la court de Versailles » vient de sortir sur le AppStore pour iPhone/iPad. En voici un extrait.

Nous commençons notre parcours à la Cour des senteurs, un concept culturel et touristique qui a vu le jour en 2013, créé par l’architecte-scénographe Philippe Pumain et l'historienne des parfums Elisabeth de Feydeau. En tant qu’ancienne capitale royale du parfum, il était évident que la ville de Versailles pouvait accueillir, tel un écrin, ce lieu d'informations et d’expérimentations retraçant la grande histoire de cet art olfactif.

Hugo à Paris - Au théâtre de la Porte Saint-Martin


Voici un autre extrait de notre guide dédié à Victor Hugo, qui vient de paraître pour iPhone/iPad sur le AppStore de Apple. L'auteur en est Patrick Maunand, qui a aussi édité le guide de Rousseau à Paris (également disponible sur l'AppStore et sur GooglePlay).

Victor Hugo a commencé à écrire ses premières pièces sous la Restauration : Corneille en 1825 (pièce en vers juste ébauchée), Cromwell en août 1826 (Hugo ne fera pas jouer la pièce de son vivant après la mort de Talma pour qui il avait écrit le rôle principal), Marion de Lorme en juin 1829 (interdite par la censure, elle sera remaniée et jouée en août 1831) et Hernani en août 1829 (commencé le 29 août, la rédaction du drame est achevée le 24 septembre – moins d'un mois pour écrire la pièce).

Chez Hugo place Royale (aujourd'hui place des Vosges)


Le guide « Victor Hugo à Paris: un phare dans la ville lumière », écrit par Patrick Maunand, vous fait découvrir le Paris du XIX siècle, tel qu'il fut décrit par Hugo dans « Les Misérables » et « Le bossu de Nôtre-Dame ». Voici un extrait du guide qui est déjà disponible sur le AppStore pour smartphones et tablettes de Apple.

https://itunes.apple.com/fr/app/paris-victor-hugo-phare-dans/id1040063092?mt=8Victor Hugo loua un appartement de 280 m² au deuxième étage de cet Hôtel de Rohan-Guéménée pendant presque seize ans, d'octobre 1832 à juin 1848. Richement décoré, l'appartement se composait de onze pièces avec notamment une salle à manger, un grand salon tendu de damas rouge et un salon chinois, donnant sur la place Royale - devenue place des Vosges en 1800, redevenue Royale sous la Restauration, la Monarchie de Juillet… et le Second Empire (après un bref retour à son appellation démocratique sous la deuxième République), elle reprend définitivement son nom de place des Vosges en septembre 1872 -. Cinq pièces donnaient sur le jardin, où s'élevait une fontaine en terre cuite décorée de serpents de style (qui suivra le poète jusqu'à Guernesey; on peut encore la voir à Hauteville House). Ces pièces correspondaient aux chambres à coucher (Victor faisait chambre à part avec Adèle) et au cabinet de travail du poète. Un escalier de service permettait de descendre dans le jardin, puis de gagner l'impasse Guéménée, afin de fuir les visiteurs indésirables. L'hôtel fut construit en 1605-1607 pour Isaac Arnauld, le secrétaire de Sully.

Histoire d'une statue de Balzac

La nouvelle édition du guide Blue Lion de la Maison de Balzac inclut aussi une description de la tête de l'auteur de la Comédie humaine que Rodin réalisa vers la fin du XIXème siècle. Une histoire assez remarquable pour une œuvre remarquable qui peut être admirée aujourd'hui à Montparnasse. Téléchargez l'appli iPhone/iPad, actuellement gratuite, ici.

We'll Always Have Paris' big competiton!

Shari and Rebecca, the authors of the "Founding Fathers in Paris Guided Tour" app, recently launched a quiz competition from their Facebook Page "We'll Always Have Paris":

So, have you had enough of Paris-related quotes for a while? We have-although, in general, everything about Paris exhilarates us! But we haven’t had enough of Paris-related series and lists. (As you know if you’ve been following us, or as you can see if you scroll through the past several months’ worth of postings, the quote series was preceded by a list of French inventions and one highlighting Paris and France superlatives: what the city and country do best, most, etc.) Our next series promises to be not only interesting for all our readers but also lucrative for one very well informed, Paris-loving, quick-on-the-draw fan. There will be one question per week for the next ten weeks (most of them concerning the Founding Fathers in Paris, some of them of broader interest). Be the first to send in your complete list of correct answers to all ten, and you will win a Blue Lion Mobile Guides iPad/iPhone “Founding Fathers in Paris Guided Tour” app! Send your complete list by Facebook message (or post it below if you want to share your findings). Ready? 

Les cafés historiques de Paris: Le Café de Flore




Une nouvelle initiative à venir: les cafés historique des Paris, par Paulina Mikol Spiechowicz. Voici un extrait dédié au Café de Flore.


La divinité latine Flore, l’une des plus anciennes et puissantes de Rome, avait son propre temple et ses fidèles flamines, à savoir des prêtres voués au culte d’un seul Dieu ou d’une seule Déesse. Elle favorisait la croissance des céréales, des arbres et des fleurs, c’est pourquoi une fête lui été dédiée toutes les années au mois d’avril. Au XIX siècle, une sculpture de la déesse été située sur le boulevard Saint-Germain, face à l’actuel café de Flore. C’est peut-être en vue du même dévouement monothéiste que le premier propriétaire de cet établissement décida d’emprunter le nom à la déesse agraire pour nommer son café, et le faire prospérer sous le signe des fleurs et de la fête.

La maison de Balzac à Passy

Encore un extrait du guide sur Balzac à Paris par Jean-Christophe Sarrot qui est actuellement disponible sur le AppStore pour iPhone et iPad.

Le 16 novembre 1840, Honoré de Balzac demande à son amante, Évelyne Hanska : « Écrivez-moi à l'adresse suivante : Monsieur de Breugnol, rue Basse, n° 19, à Passy, près de Paris. Je suis là, caché pour quelque temps. » Il vient de déménager à l'actuel 47 rue Raynouard qui sera son port d'attache jusqu'en 1847.

Notre Dame de Paris, selon Hugo


Voici un extrait du guide dédié à Victor Hugo à Paris dont la publication est prévue pour le mois de septembre. L'auteur en est Patrick Maunand à qui on doit aussi un guide sur Jean-Jacques Rousseau à Paris.

« Ce grand vaisseau de l'architecture médiéval, cet hymne à la gloire divine, Hugo en a fait le sujet d'une de ses œuvres les plus connues. C'est l'occasion pour le poète de clamer son amour pour le riche passé médiéval de Paris, au travers de l'histoire fantastique du prêtre Claude Frollo, de la bohémienne Esméralda et du nain difforme Quasimodo. »